Amicale des anciens élèves et amis de l'Institution Libre de Combrée

"Tenace à n'en jamais démordre"

abbe2
François Drouet

facebook twitter videao  Wikipedia

Le courrier des internautes

Le courrier des internautes

 Nouvelles de Gérard Bodinier (cours 1964), le 29/07/2017

Echanges

Pour que chacun(e) puisse participer à la vie de l'Amicale, 
vous trouverez ici l'essentiel de nos échanges (14 depuis 01/01/2016).
Faites-nous part de vos joies, de vos peines, de vos souvenirs, de vos réactions.
 

Lire la suite...

 + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + Échanges de l'année 2015 + + + + + + + + + + + + + + + + + + + 

voir l'année en cours  

de Alex Boursier (cours 1972), le 31 décembre 2015

La Lettre de Liaison est une œuvre un peu complexe qui mériterait davantage d'attention de la part de ses auteurs. Il nous a manqué une respiration, cette fois !
Merci de m'avoir envoyé le bulletin n°13. Je ne manquerai pas d'envoyer ma cotisation à Didier VIEL. J'ai constaté, page 9, que vous avez mis mon triste encart sur mon camarade Jean-Claude CHARLES. Dans le titre, je manque un peu d'R (au milieu) ce qui déforme assez malheureusement mon nom de famille. Pas la peine de faire un rectificatif, mais merci de faire attention la prochaine fois. Tous mes vœux pour 2016 à tous les Combréens. Cordialement.
Mais si : vous qui lisez ces lignes, prenez votre stylo et insérez un R heureux en ce début d'année !

 

 

de Jacques Vignais (cours 1967), le 29 décembre 2015

J'ai retrouvé une coupure d'un journal sur la cérémonie au chateau de Champiré faisant suite aux photos précédentes (sur les scouts à Combrée). Le document, surtout la photo, n'est pas en bon état malheureusement. Par ailleurs, la cinquième taupe sur la photo du souterrain ( présente ici et ) est André Leroy. Amicalement
 
Cette coupure de journal est en téléchargement dans la rubrique "Archives > Autres photos > Les scouts".

 

 de Patrick Danset (cours 1973), le 25 décembre 2015

Joyeuses fêtes de Noël et Heureuse année 2016
A vous tous,
Je suis convaincu que vous passerez de superbes moments en famille et avec vos amis pour ces fêtes de fin d'année.
Je vous souhaite une très heureuse année 2016 avec la réalisation de tous vos projets les plus chers avec une santé de fer dans un air de qualité ... R lab oblige ;-)
En 2014 le jour de Noël nous avions terminé l'année au sommet du Kilimandjaro avec Florent et Thibault... L'année 2015 qui a suivi a été une bonne année : Florent a épousé Sara en Catalogne cet été et professionnellement ces 7 années de construction de R Lab sont positives comme vous le lirez dans les pièces jointes ( à réclamer à JL Boulangé ) : "le résumé de l'activité 2015... " , le programme des interventions du 5ème colloque du collège SEIQA et l'internationalisation de notre démarche en Italie et bientôt en Allemagne, fort de l'universalité de l'expertise médicale des allergologues.
A bientôt pour échanger sur vos actualités et avoir de vos nouvelles.
Amitiés

 

 

du Dr François Wambergue (cours 1957), le 24 décembre 2015

 Je vous félicite et vous remercie de tout ce que vous faite pour un établissement qui m’est très cher et où j’ai puisé l’essentiel de mes connaissances de base qui me servent encore tous les jours. J’étais à l’étude à la place de Gérard GENDRY, le dernier Directeur, et je lui ai succédé pour les prières, les lectures au réfectoire, à la chapelle et le redoutable choix des évangiles à lire avant chaque repas. Je garde un souvenir inoubliable de l’Abbé Pignier, Frère de mon Seigneur Pignier de Constantine, des Abbés Legagneux, Deshaies, Suteau, Macé, Chupin, Clavreau, Boulinguez et Monsieur Coureau (Prof de sport) et Monsieur Gazeau (Prof d’histoire). J’aimerais que vous puissiez m’envoyer – deux siècles d’histoire - si possible dédicacé par les deux auteurs que j’aime beaucoup et je vous enverrai le règlement par retour. Soyez assuré Monsieur le Président de mes sentiments les plus respectueux et acceptez mes souhaits de bonne fête de noël et tous mes vœux pour vous, votre famille et votre association pour 2016.
 
Merci pour ces évocations et, bien sûr, nous allons vous procurer dédicaces et fascicule "Deux siècles d'histoire".

 

 

de Francis Ledroit (cours 1963), le 25 décembre 2015

 Ce matin j'ai pris connaissance du contenu de la dernière lettre de liaison.
Je ne sais pas si nous avons eu l'occasion de nous rencontrer à Combrée en 2005 ou 2010 mais certainement pas au cours de notre séjours scolaire puisque je suis du cours 1963.
J'ai remarqué que Jean-Marie DRAPEAU (originaire de Segré si je me souviens) cours 1952 était à la recherche d'un enregistrement du "chant des adieux".
Malheureusement je ne possède pas cet enregistrement. Par contre je dispose (en numérique sur un de mes ordinateurs) d'un enregistrement de plus ou moins bonne qualité de la chorale du collège datant de 1955.
Etant l'initiateur du premier document vidéo réalisé en 2005 juste avant la fermeture du collège Michel LEROY alors Pdt de l'association m'avait confié une cassette en mauvais état dont une partie a pu être numérisé.
Peut-être avez vous déjà dans vos archives ce document musical ? A défaut je pourrais si vous le souhaitez vous transmettre un CD gravé.
Pour ce qui est du document vidéo de 2010 il m'en reste une quinzaine d'exemplaires que je peux mettre à votre disposition.
... Cordialement et bon Noël
 
Avec vous, le site va encore s'étoffer, merci.

 

 

Quelques nouvelles de nos anciens professeurs, le 5 décembre 2015 

Michel Rebondy 
     Il est en banlieue 
nantaise après avoir eu une vie très remplie : professeur de français à Combrée, amoureux des belles lettres, cinéphile, comédien, musicien, auteur-compositeur-interprète, metteur en scène, écrivain. Il mis sur pied au collège le ciné-club et les J.M.F. et y fit venir la Comédie de l'Ouest.
    Il prépare son troisième livre. Il garde de Combrée des souvenirs émus : vous pouvez le contacter en passant par Jean-Louis Boulangé (visite, courrier, courriel ou téléphone).

Jean Tortiger 
    Il est maintenant en maison de retraite à Angers et s'achemine vers ses 90 ans. Sa santé est bonne, malgré quelques problèmes de mémoire récente. Il sera ravi d'être contacté par ceux qui l'ont connu en passant par l'intermédiaire de Jean-Louis Boulangé (visite, courrier ou téléphone).



 

Le cours 1964 prépare la fin de l'année, ce 30 novembre 2015 

Joseph Gohier, notre prêtre poète
     En ce premier jour de l'avent, je me permets de vous partager ce texte et celui-ci ...
    Bonne route vers NOEL  et l'année 2016, avec toute mon amitié.

Jean-François Rod vous invite à consommer intelligemment
Chers amis, 
       Rien ne peut remplacer le plaisir d'acheter les livres que l'on veut et de faire de nouvelles découvertes dans une bonne librairie avec un bon libraire, mais il peut être commode d'acheter sur internet. Alors, il est vivement recommandé, pour plein de raisons que vous connaissez, de choisir laprocure.comCa marche ! Pour tous les livres neufs disponibles en français et pour les numériques. (Nous venons de changer de système informatique et de logistique, cela a pu produire quelques désordres fort désagréables, mais c'est fini désormais). 
      Pour gagner du temps et de l'aisance, un conseil d'ami : ajoutez simplement "procure" aux mots que vous tapez sur votre moteur de recherche quand vous cherchez un livre, vous arriverez aussitôt sur la page de La Procure, avec notre avis,  la possibilité de donner le vôtre et celle de cliquer pour commander.
      Faites un test, par exemple : "Bernanos  Pléiade procure", ou : "Girard Serres Académie procure", ou "Source Garat procure", ou encore pape "François miséricorde procure" (tout cela au hasard !!), vous verrez ....

Et, par amitié, dites-le à tous vos amis.... Que vive la librairie !

 

 

de Jo Gohier (cours 1964), le 17 novembre 2015 

Je vous partage ce texte "Je suis Paris" que j'ai écrit à la suite de la rando que j'ai fait hier matin du côté des Epesses et en pensant à cet odieux attentat et à bien d'autres à travers le monde.   Bonne journée.  JO

Merci  Attentats Paris

 

de Jean-François Rod (cours 1964), le 16 novembre 2015 

 

Jean-François vous invite à une soirée parisienne. Soirée Parisienne 

 

de Philippe Porteu de la Morandière (cours 1972), le 12 novembre 2015

 Philippe nous propose une billetterie en ligne, pour acheter ou réserver des places de concert, théâtre,festival ainsi que quelques idées de sorties ou de soirées gratuites : Billetterie Web Gazelle.

 

de Maxime Tudoux (cours 1969), le 11 novembre 2015

 
Je te joins  ma dernière photo de classe “seconde C année 66/67” ainsi que la liste de mes collègues de classe.
J’ai eu du mal à en identifier trois ou quatre et ’ai créé une colonne où je les ai affecté d’un numéro de gauche à droite et de haut en bas...
A bientôt, amicalement,
 

 Merci à Maxime de nous avoir envoyé cette photo ainsi que la précieuse liste des élèves qui y figurent : à voir ici


 

de Madame Catherine Rod de Verchere, le 19 octobre 2015

JFRod
  
Jean-François Rod, cours 1964, vient d'être ordonné diacre le 3 octobre dernier à Notre-Dame de Paris.
Son épouse et ses enfants vous transmettent la vidéo de cette cérémonie

 Bonne route, Jean-François


 

de Madame Renée ARGAND, le 14 octobre 2015

Madame Argand est la veuve de Jean Argand cours 1940, combréen par son activité au bourg et par sa fréquentation du collège ; Jean Argandelle nous retrace ci-dessous la vie de son mari, décédé en mai dernier. 
 
Jean ARGAND est né le 6 octobre 1923 à Combrée.
Il faisait partie du cours 1940 : il est rentré au collège à 6 ans, car son papa ne voulait pas le mettre à l'école laïque. Il a quitté la classe à 14 ans, son papa ayant besoin de lui à l'atelier (plomberie - électricité).
Mon beau-père a fait beaucoup de travaux neufs et d'entretien dans tout le collège. Jean connaissait tous les recoins de l'Etablissement et aimait nous raconter les travaux qu'il y effectuait : réfection de la cuisine, salle de chimie, chaufferie du nouveau bâtiment, etc...
En 1993 avec Bernard Malet, ils ont organisé une rencontre du cours 1940 à la Ferme Auberge au Tremblay.
En 1997 nous sommes allés avec le père Alexandre Perrault et Etienne Audfray rendre visite au père Charbel (Henri Gravrand) à Aiguebelle.
Le Tremblay Aiguebelle

49-Le Tremblay - Juin 1993

73-Aiguebelle - Juin 1997
 
Depuis 2008, Jean a eu de graves problèmes de santé, puis la maladie d'Alzeihmer est arrivée, mais notre vie de retraités se déroulait agréablement et paisiblement. Nous faisions partie de chorales.
Après plusieurs hospitalisations, Jean s'est endormi entouré de nous tous, le 20 mai 2015.
Le collège était pour Jean une partie de sa vie.

 

de Monseigneur Jean ORCHAMPT, évêque émérite d'Angers, le 25 septembre 2015

Je vous remercie pour l’information que vous me donnez et vous dis mes voeux pour la poursuite de votre réflexion et le maintien de l’esprit qui unit les membres de l’Amicale, + Jean Orchampt év. ém. d’Angers
 
À réception de la dernière Lettre d'Information n°12
Mgr 
Orchampt nous avait fait l'honneur de présider la messe du Bicentenaire le 15 mai 2010 et prononça cette homélie. Voir aussi la Lettre de Liaison N°7.

 

de Alex BOURSIER, cours 1972 le 15 septembre 2015

J'ai vu qu'à la fin de la Lettre de Liaison n°12, il y a une rubrique "ceux qui nous ont quitté" et  je me demandais si vous aviez été informé du décès accidentel en mer de notre camarade Jean-Claude CHARLES, cours 1972, enterré le 29 mai 2015 en l'église Saint Donatien de Nantes (église qui a brûlé 15 jours après).
Jean-Claude était de Pouancé ; son frère et sa soeur sont passés à Combrée. En tout cas Jean-Claude était un grand sportif, brillant dans toutes les disciplines. Son frère Frédéric a été lui champion de saut en longueur au niveau international.
Je ne vais pas faire sa nécro ici, peut-être avez-vous déjà des témoignages ? [non, hélas]C'était un brillant sportif, un brillant élève, un entrepreneur et un bon père de famille. Et un bon copain.
 
Merci à ceux qui l'ont connu de prendre contact avec l'Amicale qui transmettra vos témoignages dans cette rubrique.

 

de Alain de Séchelles, cours 1964 le 5 septembre 2015

Nous avions contacté quelques anciens des "Éphémères de la Chanson" afin d'avoir des précisions sur la photo ci-contre à propos de l'exposition à Pouancé (voir l'information en page d'accueil).Parmi les réponses reçues voici celle d'Alain de Séchelles.

 
Ephemeres

 Avec l'aide d'une autre photo contemporaine des Ephémères ainsi que de la dernière édition support papier de l'annuaire des anciens (1988), j'ai pu trouver tous les noms sauf celui du sympathique surveillant guitariste. Génial guitariste ! Quelques années plus tard, mes parents s'étaient rendus chez un notaire rennais chez qui ce sympathique surveillant était clerc. Il s'était souvenu de moi et s'était présenté à eux...
Nous sommes sur cette photo tous du cours 1964 sauf : Guy Juret, Bernard d'Alançon et Armand Simon (tous trois du cours 1965) et Philippe Desage (cours 1966).
Ainsi donc, voici comment je nous classe :
- en haut de gauche à droite :
  Patrick Galland, Philippe Desage, Jean-Claude Drouet, Alain de Séchelles, Philippe Goeb (Hudry).
- en bas de gauche à droite :
  Guy Juret, Gabriel Pasquier, Bernard d'Alançon, Jean-Marc Alland, Gilbert Jolly, Richard Dupont, Armand Simon, Jean-François Rod, Abbé Jean Baril, sympathique surveillant guitariste.
 
Pasquier était de Chateau-Gontier (Craon), Juret de Paris, moi de Rennes, Jolly de Cholet. Je laisse à Rod le soin de confirmer ses origines. Je crois que c'est Bel Air de Combrée puis Angers.   
Depuis 1964 je n'ai jamais revu Goeb, Juret et Jolly (décédé en 2003)J'ai rencontré une fois Pasquier par hasard dans un musée parisien, très brièvement car cela ne l'intéressait guère semble-t-il, malgré sa courtoisie... Le père de Jolly était un camarade de régiment de Léon Poupelin. Le père de Juret était professeur de médecine à Paris. Très réputé. 
J'ai un peu revu d'Alançon à Rennes, où nous étions étudiants tous les deux. J'ai revu Desage, Simon, Dupont, Alland et Galland à Combrée à des fêtes des anciens. Bien sûr grace à la proximité géographique, contacts assez suivis avec Rod.
 
Je suis surpris qu'il y ait un lien entre Louis Bessière et les Ephémères. A ma connaissance, il n'a participé ni à leur fonctionnement ni à leur création.
Du moins pas de mon temps....! D'ailleurs il est mort depuis un certain temps. Il a sa place à Pouancé près du château, qu'il a contribué à faire rénover par les scouts de Combrée. (voir l'information sur cette exposition en page d'accueil)
 
Les Ephémères tirent leur nom de ce que le Chanoine Esnault, en les autorisant, n'a pas souhaité qu'ils durent trop longtemps. C'était la condition de leur autorisation...
 
J'ai aidé l'Abbé Baril à se remémorer et à transcrire le negro spiritual "Oh ! Bye and bye , qu'il avait appris lors d'une session de formation. Je vous le chante de temps en temps lors de nos réunions. Merci de votre patience... Je sais qu'il me l'a fait chanter à Combrée comme soliste avec une chorale. Mais je ne me rappelle pas si c'était avec les Ephémères. A ne pas confondre avec "Why do'nt you rock my soul ? " (extrait de The Good Book" de Louis Armstrong) chanté par Jean-François Leroux et notre
classe de seconde ni bien sûr avec "Be pop a lula " et " It's now or never "
chantés par moi avec un groupe de rock'n roll ... 
 
Ma mère venait me voir à Combrée lors des grandes sorties.Elle a entendu les Ephémères de loin après nous avoir laissés à une kermesse à Segré. Elle avait été impressionnée par la qualité de notre chant, entendu de loin. Elle ne me l'aurait pas dit si cela n'avait pas été vrai. 
 
Voilà ! Je crois avoir épuisé mes souvenirs et capacités en la matière.

de Jean-François ROD, cours 1964 le 4 septembre 2015

Jean-François nous fait part de son ordination le 3 octobre prochain (ci-joint). Accompagnons-le dans cette voie.

de Bernard Pillet, cours 1949 le 29 juillet 2015

Toutes mes félicitations pour votre Lettre de Liaison qui me donne quelques nouvelles de Combrée.
Pour ce qui est de H.-B. Gazeau, je serai curieux de savoir dans quelle partie du Canada il habite. Je suis au Canada depuis 1952 et je n'ai jamais entendu parler de lui. Il est vrai que depuis ces dernières années nous arrivent au Canada beaucoup de compatriotes qui vienne t tenter leur chance, bien souvent surpris par les difficultés du pays.
Pour ma part, mon séjour n'a pas toujours été facile : être immigrant même si les langues sont voisines bien qu'à l'école primaire à Peigné à 10 km de Saumur, j'avais eu la chance de parler le gallo bien proche du québécois, j'ai gardé un profond souvenir de mon pays natal : à la Malbaie 400 km de Montréal sur la rive nord du Saint-Laurent, endroit précis d'ailleurs où échut notre formidable Champlain, près du Saguenay qu'adorait le papa Cousteau, il y a toujours sur mon mât le drapeau français et breton naturellement.
A cause des distances, je ne serai pas à votre assemblée générale, bien que ma femme et moi-même planifions un long séjour au spa de Quiberon pour raison de santé.
Amitiés du Canada.
 
Il y a en effet quelques combréens au Canada à notre connaissance.

de Frédéric Miltgen, cours 1971 le 11 juillet 2015

Je te prie de trouver ci-joint (lettre adressée au trésorier) le bulletin d'adhésion pour 2015, accompagné du règlement, dont je te souhaite bonne réception.
J'ai consulté le site de l'Amicale, très intéressant,et ai retrouvé avec joie une photo de classe que je n'avais jamais vue de ma classe de 3ième en 1968 (l'année explique peut-être pourquoi je n'avais pas pu l'obtenir). A cet égard, j'ai constaté qu'il manque la photo de ma classe de 6ième (année 1964-65) que je tiens à votre disposition. (Elle sera bientôt sur ce site).
D'autre part, et avec retard, je fais part du décès brutal de mon frère Pierre (cours 1974) le 27 mai dernier à Tours à l'âge de 59 ans. A l'intention de ceux qui se souviendraient en core de lui , est-il possible de l'annoncer sur le site ? (c'est fait).
J'ai toujours plaisir à lire les bulletins de l'Association et attends la prochaine avec impatience.
Amicalement Combrée.
 
Merci à lui pour ces nouvelles et son attachement à l'Amicale

 

de Jean-Marie Drapeau, cours 1952 le 31 juillet 2015

Dans les documents sonores du site, je regrette (...) que l’on n’y trouve pas le chant des adieux “On vous a dit enfants demain aux feux de l’aurore vous partirez joyeux essaim...” . Il se chantait à la Vierge du souvenir un soir de juin à la tombée de la nuit avant de partir en vacances et était plein de nostalgie.
Serait-il possible de trouver un enregistrement ?
Je pense qu’a l’origine c’est un chant d’adieu de Lourdes qui aurait été remanié. Je n’ai rien trouvé malheureusement sur internet. 
Mes amitiés et merci encore.
 
A vos archives : il faudrait retrouver ce document, ne serait-ce parce nombreux sont celles et ceux qui ne le connaissaient pas : moments solennels et émouvants !

de Martial Vaslin, cours 1964 le 1er avril 2015

Dans le cadre d’une retraite bien occupée, j’arrive des Lucs sur Boulogne où avait lieu un congrès régional d’archéologie.
Dans le programme, quelle ne fut pas ma surprise de voir : Le château de Pouancé, 13e-15e siècle.
Je me suis signalé avant la conférence au “jeune homme” intervenant sur le sujet pour lui dire qu’il y avait au moins 55 ans (il n’était pas né...) un groupe de jeunes “taupes” sous “la surveillance” de Louis BESSIERE avait déblayé la barbacane et surtout la salle voûtée souterraine sous le donjon.
Et bien lors de son intervention (remarquable) il nous a cité devant une salle comble. Voilà une gloire tardive, mais quelle récompense pour tous.
Voilà une petite histoire de la grande.
Amitiés.
PS: j’ai volontairement omis de lui dire qu’à l’issue des travaux, nous avions fait un dîner (pas médiéval au menu) clos, je crois par Xavier Mélard allumant des feux de bengale qui ont eu pour effet de nous faire tous sortir en urgence aveugles et toussant comme des perdus.

Merci à Martial pour son courriel, avec nos excuses pour cet oubli de publication.


 de Jean-Marie de la Rue du Can, cours 1962 le 22 juillet 2015

Merci de cet envoi. (La Lettre de Liaison)
Je suis toujours en activité, donc peu disponible.
J'ai fréquenté COMBRÉE de la neuvième à la Math'elem. Avec 2 redoublements , les années s'y sont accumulées.
Je me souviens de trois préfets de discipline (objet du Défi collectif de la Lettre de Liaison) :
                    - Legagneux
                   - Pateau ( court passage, peu réussi )
                   - .... .... (féru de sport )
Je reste assez critique sur les méthodes d'enseignement à Combrée, comme ailleurs, où il n'a pas été mis en avant le développement des personnalités mais surtout pratiqué un gavage de connaissance sans réel écoute des élèves. Baril, prof de math en terminal savait quant à lui accompagner ses élèves...
Meilleures salutations

Merci à Jean-Marie pour son courriel.


 de Jean Bauduin, cours 1938 le 7 juillet 2015

Cher Président,
       Montauban ! Quel déménagement pour notre association qui ne connaissait que l’Anjou… Pour moi, votre ville m’est connue alors qu’en 1940 et militaire, j’ai joué l’orgue d’une église dont je ne me rappelle plus le nom du Saint protecteur. Par cette mutation du siège social, j’augure, par votre fonction, une prise en mains dynamique que manifeste le contenu de la lettre de liaison de juin 2015. Je souhaite efficacité à votre présidence.

      Pourquoi l’ASMV ? Notre association avait-elle besoin d’un sang nouveau ? Etait-elle vraiment incapable d’assurer les objectifs de la nouvelle née ? Dans l’affirmative, pourquoi ne pas la dissoudre et passer la main à la nouvelle association ? Le déport à Montauban semble y inviter…

     Vous souhaitez une collaboration. À ce titre je peux faire le point en ce qui me concerne. Retraité depuis plus de vingt ans, je persiste à penser que je peux encore être utile. À l’intention de mes confrères, je diffuse tous les mois une note qui regroupe, parmi les publications juridiques, les informations susceptibles d’influer sur la pratique quotidienne du notariat. Ci-joint, vous trouverez les brèves du mois de juin 2015.

Je vous prie d’excuser mon impertinence. Mais je peine à voir sombrer notre collège.
Bien cordialement.

Réponse du président Jean-Michel Guittet, cours 1985

Cher Jean,
      Il n’y a pas d’impertinence dans votre courrier mais la manifestation d’un attachement. Votre lettre exprime une émotion, la crainte de voir disparaître notre collège. Comme les nombreux témoignages que motivent les parutions de l’Amicale, votre courrier démontre combien ce collège suscite encore d’intérêt. Cela dit, je comprends vos interrogations et vous me permettrez donc d’y répondre.

     Tout d’abord sur le siège social installé à Montauban. Il ne s’agit que d’une formule administrative. Certes je réside pour l’instant dans cette ville du Sud-Ouest, mais je suis un enfant des Pays-de-la-Loire, né à Nantes puis collégien et lycéen à Combrée. Comme la plupart des anciens élèves, j’ai quitté un peu ma ville natale. Cette dispersion, je l’ai déjà affirmé, fait la force de notre association. On venait autrefois de loin pour être scolarisé au collège, c’est ce qui lui donnait sa dimension nationale. Imaginez que dans les dernières années une centaine d’internes étaient Parisiens ! C’est cette diaspora que je souhaite intéresser de nouveau à notre collège. Elle est forte de milliers d’hommes et de femmes pouvant apporter leur contribution. Vous-même qui résidez à Reims manifestez votre soutien. Vous le voyez, dans notre cas la géographie n’est pas dissolvante, elle est au contraire une force potentiellement fédératrice.

      Quant à l’ASMV, elle ne remplace pas notre Amicale, son objectif est d'œuvrer pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine du Haut-Anjou dont le collège fait partie. Notre association se bat bien entendu de la même manière pour la sauvegarde de ce patrimoine mais elle porte en plus l’esprit de ceux qui l’ont fréquenté. Elle est aussi un vecteur de rencontre pour tous les anciens et les amis du collège. Et demain, lorsque le collège se verra réattribuer ses fonctions originelles – entendez ses fonctions d’institution scolaire -, l’Amicale reprendra le rôle qui lui a été dévolu depuis 1890. Le texte que je viens de publier sous le titre "Gutta cavat lapidem" sur la page d'accueil de notre site Internet fait référence à ce rôle.

    C’est à la réalisation de cet objectif que nous devons travailler et c’est pour cela que j’ai besoin de la collaboration du plus grand nombre.  Je sais que je peux compter sur la vôtre, vos sentiments en témoignent. Et je vous en remercie vivement.
Bien amicalement


de Jacques Vignais, cours 1967 le 5 juillet 2015

Jacques vient d'avoir la gentillesse de nous envoyer quelques photos :
      - promenade des centimes du cours 1967 avec les noms des photographiés,
      - photo du camp scout de 1962 avec noms,
     - photos du Jamboree scout en Grèce, la troupe de Combrée faisant partie de la délégation française,
     - deux photos du baptême de la troupe de Combrée chez Mme de Bodard, sœur du Général Leclerc.

Merci à lui pour ces trésors que vous retrouvez dans les rubriques correspondantes dans Archives > Autres Photos;
Nous recherchons la date et les noms des personnes présentes sur les photos du baptême de la troupe scoute.


 

de Guy Lemoine, cours 1936 (par téléphone) le 6 juillet 2015

Guy a passé cinq années merveilleuses au Collège dont il est parti en première. Il a répondu au Défi Collectif lancé dans la dernière Lettre de Liaison : dans ces années-là, le Préfet de Discipline (Surveillant Général ou Conseiller d'Education pour les plus jeunes) était l'abbé Edouard Banchereau.

La voix claire de Guy a rappelé son vif attachement au collège et à son Amicale du haut de ses 98 printemps.
Peut-être est-il le doyen des Anciens Élèves ?

Il a bien rempli sa vie active en tant que Directeur Régional de la Banque de France, puis conseiller puis trésorier de l'Evêché ; le Vatican l'a nommé Commandeur de l'ordre de Saint Grégoire Le Grand, il avait ainsi entre autres le droit de rentrer dans les églises à cheval ... mais comme il n'aimait pas les chevaux ...


 

de Jacques Séjourné, cours 1960 le 4 juillet 2015

L'erreur d'adresse postale me rendant destinataire de la lettre de liaison m'a rappelé qqs souvenirs, bons et moins bons et n'étant pas assuré que mon appel téléphonique serait entendu, j'ai essayé par mail auprès de Jean Michel Guittet qui, lui aussi, m'a répondu.
 
Ces précisions peuvent peut-être  vous apporter quelques éclaicissements :
Je crois me souvenir que Marchand était bien au Japon il y a qqs années. Et maintenant ? Les Missions Etrangères ont peut-être des nouvelles récentes ? Mon cousin Mgr. René Séjourné peut être interrogé aussi.
 
Concernant Paul Guérif, j'ai appelé Bernard son neveu à Segré qui était l'un de mes meilleurs amis de la maternelle à la 6ème. Je lui ai dit le souvenir que j'avais de sa famille et particulièrement de Paul.
"... mes parents appréciaient vos familles Jean, Joseph,PAUL et nous communiquaient aussi ces amicales relations sincères. J'accompagnais mon père qui se rendait souvent au garage rue Lamartine, j'y croisais ton oncle et le regardais admiratif. C'était dans les années 50, j'avais 8 ans, Avant le collège...."
Philippe n'était-il pas le frère cadet de Bernard ?
 
Félicitations pour votre engagement.
bonnes vacances
amicalement
 
Jacques Séjourné cours 1960
Architecte DPLG.
avril-septembre : 4 allée du Rivage Le Grand Piquey 33950 Lège Cap-Ferret
octobre-mars : 3, rue de Lyon 33000 Bordeaux

Jacques a subi une erreur d'adressage de la dernière Lettre de Liaison : son nom avait été remplacé par celui du Révérend Père Marchand. Paul Guérif est décédé à 104 ans à Segré récemment.


 

de Jean-François Rod, cours 1964 le 30 mai 2015

 Jean-François toujours actif à la librairie La Procure nous envoie la dernière newsletter :
cliquez sur ce lien  http://www.laprocure.com/newsletter/prix-panorama-procure-oser-chair-815.html


de Guy Bernier, cours 1968 le 5 mai 2015

Hervé GAUTHIER (cours 68) est sûrement le seul footballeur professionnel issu de notre collège. Après une belle carrière comme joueur en Ligue1 et Ligue2 puis entraineur des équipes de Laval et Angers notamment, il a fini sa carrière comme directeur technique du centre d'instruction du club "Étoile du Sahel", célèbre club tunisien.
Aux dernières nouvelles reçues hier par courriel, il a été élu au C.D. de l 'U.N.E.C.A.T.E.F. (syndicat des entraineurs), sa dernière fonction dans ce milieu.
Les anciens de cette époque se souviennent d'Hervé : il fut l'un des premiers élèves à utiliser la cendrée sur le plateau de sport, la tête dans les épaules, rejetée en arrière avec sa foulée légendaire ; il réalisait le 100 m dans un temps à faire pâlir Papa Couraud. Et ça l'a mené au foot professionnel !
J'ai été ravi d'avoir de ses nouvelles, comme - je pense - ceux qui l'ont côtoyé : un Grand ancien ! 

Merci à Guy de nous avoir fait part de cette correspondance.


de Jean-Yves DENIS, cours 1964 le 27 avril 2015

JY Denis Bonjour à tous les amis ...
Quelques images et videos de la randonnée que notre club d'aviron a organisée le 24 avril entre Hennebont et Port-Louis (15 km x 2).
Une manifestation fort sympathique qui a réuni 14 clubs, 100 rameurs, 20 bateaux. 

 

JY Denis B 

A midi huîtres (70 kg) et Paëlla et, le soir, crêpes-partie.
Que du bonheur pour tout le monde ! Amitiés à toutes et à tous en attendant de vos bonnes nouvelles. Jean-Yves.

Pour avoir accès aux photos et vidéos de cet événement, merci de nous demander le lien.


  grâce à Jean-Pierre ARIAUX, cours 1966 et ancien professeur le 12 avril 2015

Les archives se sont encore enrichies : 25 photos de classe en plus (total 1879 photos en tout) 
En plus certaines photos permettent de voir la liste des élèves de cette photos (clic sur noms => Nouvel onglet ou fenêtre)

Vous êtes invité à nous communiquer vos archives


 de Yves LOISEL, cours 1958 le 3 mars 2015

J'aimerais obtenir la liste avec adresses des anciens de ces promos que j'ai connu.
Nous avons donné satisfaction à cette demande dans les limites habituelles.


 de Jean-Marie DRAPEAU, cours 1952 le 5 mars 2015

A propos des photos publiées dans les Archives sur le Théâtre en 1944.

Ce sont bien les photos de Gringoire qui malheureusement ne sont pas très bonnes. Paul, mon frère ainé, avait un rôle important dans cette pièce de Théodore de Banville. Elle fut donnée dans la salle St. Augustin en mai ou juin 1944. Pendant cette période très troublée et difficile où les distractions étaient rares, les représentations théâtrales locales attiraient beaucoup de monde. On venait de loin et Combrée avait une bonne réputation dans ce domaine. On dirait aujourd’hui que c’était un “must”dans la région.  Pour “Gringoire” la salle était pleine, beaucoup de gens du canton de Segré. Deux mois plus tard, le 6 Aout, les Allemands mettaient le feu à Segré et mon frère Paul échappa de peu à la mort mais  fut atrocement brulé. Mon frère y jouait le rôle d’Olivier le Daim, c’est le plus grand, il faisait 1m87 à cette époque ! On remarquera que le décor avait été soigné et assez fidèle à l’original. Si mes souvenirs sont bons - j’avais 12 ans à l’époque – la mise en scène était de Paul de la Garanderie, le Père Paul comme on l’appelait.
Merci pour ces informations sur des photos en ligne.


de Régis VINCENT, cours 1989 le 30 janvier 2015

A propos du cahier de foot présent dans les Archives, Documents en ligne, Documents papier

Ce cahier de foot est vraiment formidable: moi-même "manager" d'une équipe jeune. Je dois dire que la lecture de ce document est très rafraichissante. Quelle passion ! Je souhaite à tous les joueurs de vivre de pareils moments.
Merci surtout aux auteurs du cours 1948 qui nous ont fourni ce document.


 

 

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + Échanges de l'année 2016 + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + 
voir l'année en cours 

 

 

 

 

De Claude de Jouvencel (cours 1964)le 27 décembre 2016

(...) Souhaitant une très bonne santé, beaucoup de bonheur (...), paix et intelligence de l'Esprit autour de nous, pour 2017 et au-delà. 
Dans ce tout dernier domaine, 2016 aura été encore tristement remarquable par sa médiocrité. Ce n'est pas la remarque d'un papy pour qui tout était mieux dans le temps, il y a dans la jeunesse qui nous entoure, créatrice, curieuse et ouverte au monde qu'elle découvre avec envie, beaucoup d'espoirs à y a placer.
Tu as également, (suivant de loin : expatrié de très longues années, du côté entre autres de la perfide Albion); ma reconnaissance pour ton dévouement investi pour notre chère Maison. 
A ce sujet, ma difficulté est de me projeter même si étant (pour le moment) en excellente santé, mais à très prochainement soixante-douze ans, donc pas très représentatif du futur : quelle finalité pouvons nous imaginer à long terme pour Combrée. Un jour viendra où la dernière génération des anciens élèves ne sera plus, cette institution Libre n'ayant plus alors depuis fort longtemps son rôle initial ? 
"What is the end game" comme aurait pu nous dire cette bonne Mademoiselle Riebel ?
Cher Jean-Louis mes propos ne se veulent ni négatifs, critiques ou défaitistes mais que pouvons nous envisager sur un certain long terme. Je me pose depuis un bon moment cette triste question, sans avoir trouvé une contribution positive pour enrichir vos réflexions.
Te renouvelant mes bons vœux et souhaits très amicaux.

Merci Claude pour ces réflexions très actuelles. 


 

 

De Jo Gohier (cours 1964), le 20 décembre 2016

MERCI, JEAN-LOUIS  et joyeux Noël à tous et à vous tous... voici un lien avec certains textes que j'ai écrits au cours des années... Avec toute mon amitié  Jo http://www.choletcatho.net/Les-prieres-de-Jo-Gohier-En-route

Merci Jo pour ces documents 


 

 

De Michel Martinot (cours 1953), le 12 décembre 2016

Ci-joint un document publié par les paroisses d’Angers Centre qui pourra intéresser les Anciens qui l’ont connu.

Amitiés

Merci Michel pour ce document évoquant la vie de notre ami Mgr Jean Tortiger (élève du cours 1945, professeur, aumônier au collège)


 

  

De Guy Bernier (cours 1968), le 3 décembre 2016

 
En triant des photos je suis tombé sur celle de mes retrouvailles avec Lucien Groult dans un restaurant candéeen en 2009.
Lucien Groult est arrivé au collège en 1962/63 et a pris sa retraite en 1986 à Candé où j'allais lui rendre visite jusqu'à sa mort en 2012 dans sa maison que lui avait dégotée l'Abbé Deshaies.
Il a enseigné l'Histoire - Géo des petites classes à la première ; pongiste avéré, il a formé plein d'anciens qui ont évolué dans ce sport au niveau régional par la suite. 
Lucien Groult et Guy Bernier
 Il a été également pigiste des pages sportives du Courrier de l'Ouest et très intime avec le grand Raymond Kopa  (il me semble qu'il était témoin à son mariage). À l'institution Saint-Julien (Angers) où il exerçait avant Combrée, il a eu Pierre Péan (journaliste d'investigation) comme élève ...

Merci Guy pour ces souvenirs qui rendent hommage à ce professeur.


 

 

 

De Robert Gaereminck (cours 1945), le 19 novembre 2016

J'ai bien reçu l'invitation pour la prochaine AG.
 Nos âges respectifs (90 ans) et surtout l'état de santé de mon épouse qui se déplace difficilement et ne peut rester seule ne nous permettent pas à mon IMMENSE regret de venir à Combrée. Je te demande de m'excuser auprès de l'Honorable Société et de transmettre toutes mes Amitiés.

Je voudrai t'entretenir de deux sujets :
       - Tout d'abord, j'avais suggéré à notre Président de faire parvenir la lettre de liaison à deux Grands Anciens que je visite dans leur maison de retraite : Mgr René Séjourné (cours 1945) et Mgr Jean Tortiger (cours 1945). Merci pour eux.

Ces deux anciens, toujours très appréciés par de nombreux "moins anciens", ont été et seront bien destinataires des Lettres de Liaison et d'Information

      - Il serait très Combréen de prier lors de la messe pour le deuil qui a frappé la famille Chéné. Robert Chéné a été président de l'amicale des anciens et, ses enfants, élèves. Lou Chéné, étudiante de 18 ans - a été tuée dans un lamentable accident. Au cours d'une soirée d'étudiants et d'amis, le balcon sur lequel ils étaient seulement quelques uns, ce balcon du troisième étage s'est effondré sur les balcons inférieurs tuant trois autres personnes, trois garçons. La sépulture après une cérémonie à la cathédrale a eu lieu dans ma paroisse St Léonard, où la famille Chéné a résidé au Prieuré ; j'ai représenté Combrée auprès d'un des fils. Nous nous étions reconnus.

L'amicale n'a pas été avertie de cette triste nouvelle et nous penserons à eux lors de la messe à Combrée et nous adressons nos sincères condoléances à la famille Chéné.

Alors et pourtant bonne et fructueuse AG. Bien à vous tous
PS Nous avons été cambriolés trois fois, et mon épouse a peur.

L'Amicale te souhaite ainsi qu'à ton épouse de couler des jours heureux en te remerciant de ta participation active à la vie de notre association.


 

 

De Martial Vaslin (cours 1964), le 14 novembre 2016

Désolé pour mon absence à l'assemblée générale, mais je serai en Allemagne au marché de Noël de notre ville jumelle.

Merci par avance de ce que vous ferez pour garder notre esprit combréen. Ne manquez pas de prendre des photos lors de la visite, entre autres de la salle Maurice Couraud. Je signale, avoir, dès l'annonce de l'arrivée de l'EPIDE, avec mon beau-frère Maurice Couraud, récupéré la plaque d'inauguration.

Amicalement.

Merci Martial et ne t'inquiète pas, nous ferons le maximum pour honorer la mémoire de ton beau-père, Papa Couraud.


 

  

De Patrick Galland (cours 1964), le 11 novembre 2016

La convocation à l’assemblée générale du 26 novembre 2016 m’est bien parvenue, mais je suis trop éloigné de Combrée pour m’y rendre. 
J’en ai profité pour faire un petit voyage dans le site internet de l’amicale pour avoir quelques nouvelles de vieilles connaissances par le journal des internautes.

Une pensée pour les défunts de 2016 : Auguste GOURDON (du cours 1939) dont je fus élève en sciences naturelles, Paul PRIME qui était jusqu’en 1956 avec mon frère José-Christian,  et Alain TRICOIRE.

Comme Jean-Marie De La Rue du Can, je suis resté douze années au collège (de septembre 1952 à juin 1964) depuis la classe de neuvième avec la Sœur Saint-Paulin jusqu’en Math-Elem avec les abbés Jean Baril et Louis Macé en passant par deux redoublements en troisième et en première. La différence qui nous distinguait au début de notre vie combréenne ? Lui, il était un externe qui parcourrait chaque jour au moins un aller-retour en courant entre le collège et le château de La Garoullaye où il logeait chez son oncle Veillon De La Garoullaye. Je survivais comme pensionnaire qui ne retrouvait sa famille que pour les vacances de Noël, de Pâques et d’été. De ce collège je garde de nombreux et précieux souvenirs.

En 1959 la patrouille des LYNX, dont la devise était « Toujours Vigilants » existait déjà. J’ai participé au camp des vacances d’été installé au bord du Doux entre Désaignes et Lamastre en Ardèche. Je joins le scan (de piètre qualité) de deux photos prises à ce camp. Sur celle du droite BELLOIR (François, cours 1955) est debout ; BOUTIN de Clisson (Dominique, cours 1962) est assis à droite. Puisse ce document réveiller des souvenirs chez certains qui seraient concernés.   Lamastre 1959 Galland 2

La photo D4 du pêle-mêle photos et la dernière photo en bas et à gauche de la série « L’aménagement et inauguration de la base » (ce sont les deux même photos, ci-dessous à droite) concernent la Patrouille du LYNX. Outre l’abbé Germon, Louis Bricard, j’y reconnais Dominique BOUTIN de Clisson (le même qu’en Ardèche) à l’extrême gauche, (Jean-?)Michel Traineau, moi-même, Bernard D’Alençon, Louis Bricard, puis le Chef de Patrouille dont j’ai oublié le nom. Ce dernier tient le fanion de la troupe sur la photo de la présentation de la troupe en 1961 et je suis à sa gauche.

Lamastre 1959 Galland 1     Lamastre 1959 Galland 3

Le préfet de discipline auquel font allusion Xavier Mélard : « abbé Deshaies (pas l’économe) qui a introduit une espèce de ciné-club » et Jean-Marie De la Rue du Can : « féru de sport » n’est autre que Louis Deshaies qui fut mon prof en 3° et surveillant du dortoir 2° étage Est, avant de devenir préfet de discipline. Louis Deshaies quitta le collège pour raisons de santé. Malgré sa mémorable sévérité, il introduisit le cinéma russe par le ciné-club dans la salle Saint Augustin rénovée, il fit aussi participer des équipes de foot du collège à des tournois non scolaires et extérieurs au collège (53 Cossé-le-Vivien, …). C’était en 1960 et les murs de la citadelle « Collège de Combrée » commençaient à s’entre-ouvrir à son environnement. Eh oui…

Merci Patrick pour ces souvenirs d'un temps que les moins de vingt ans ....


 

  

Recensement des herbiers en Pays de Loire, le 2 novembre 2016

 L'Amicale vient de recevoir le courriel suivant, auquel vous devez être sensible, car herbier et/ou collection botanique ont dû exister au Collège.

Bonjour,
Je vous contacte dans le cadre du projet HerbEnLoire de recensement des herbiers et collections botaniques que je réalise pour le compte de la Région Pays de la Loire.

Les lycées et collèges historiques comme celui de Combrée font partie des institutions tout à fait à même de posséder des herbiers ou des collections botaniques apparentées (collections d'algues, de champignons, de graines, de bois, de produits végétaux...)...
Je recherche donc des informations sur ce qu'auraient pu devenir les archives et éventuellement les collections de sciences naturelles historiques lors de la fermeture de Combrée. Pouvez-vous m'aider ?

L'objectif du projet HerbEnLoire est d'inventorier, diagnostiquer et expertiser ce patrimoine inestimable et souvent oublié afin de le protéger, le valoriser et le rendre plus accessible. Pour plus d’informations sur le projet vous pouvez vous rendre sur le site du projet : www.herbenloire.univ-angers.fr
Je vous remercie par avance de votre aide et vous souhaite une bonne journée.
Cordialement,

Samantha Bazan
Chargée de mission HerbEnLoire
Recensement des Herbiers des Pays de la Loire
Université d'Angers

Merci d'envoyez rapidement vos informations au secrétaire qui transmettra.


 

 

de Marie-Jo Abline (Combréenne, membre du CA), le 22 octobre 2016

 Une partie du Collège a été acheté par la municipalité de Combrée pour y faire un ensemble sportif : il s'agit de la plaine de jeux incluant le gymnase, de l'allée de Tilleuls et du bâtiment Esnault ainsi que la salle Saint-Augustin (ou salle des fêtes). Marie-Jo a pris quelques clichés de ce qui est visible pour l'instant depuis la rue du Chevallier d'Avoynes (ou route de Bel-Air ou encore rue de l'arrière de la chapelle). Voici ces photos :

 Allée des Tilleuls et Gymnase   Ce qui reste du mur   Ce qui reste du portail
 Allée des Tilleuls et Gymnase  Le mur d'enceinte abaissé Reste du portail 

 


 

 

 

de Michel Martinot (cours 1954, ancien secrétaire de l'Amicale), le 5 octobre 2016

 J'ai rencontré récemment le Père TORTIGER, il va relativement bien pour un nonagénaire, en tout cas sans visible changement depuis un an que je le visite. Je le vois plus ou moins en sieste dans un fauteuil d'une salle de réunion, il se plaint de perte de mémoire mais quand je lui parle du cours 1945 il me cite de nombreux noms de ses anciens condisciples (son entourage me dit qu'il ne célèbre plus seul les messes car il a oublié le déroulement de l'office). Je n'ai jamais pu le sortir faire promenade dans le parc, par contre il m'accompagne jusqu'à la voiture au moment de la séparation.

Monseigneur Jean Tortiger a été longtemps à Combrée : professeur, aumônier scout, préfet de discipline et aumônier ; il est actuellement en maison de retraite à Angers.


 

 

de Etienne Charbonneau et de Jean-Louis Roux, le 29 septembre 2016

 Le Courrier de l'Ouest et Le Haut-Anjou nous parlent un peu de notre collège.

Merci à nos fidèles amis


 

  

de Marie-Jo Abline (membre du C.A.), le 13 août 2016

 

Le courrier de l'Ouest nous informe du décès d'Auguste Gourdon, ancien professeur très apprécié des toutes les générations d'élèves qui l'ont connu. Voir ci-contre.
 

      Merci Marie-Jo qui nous tient au courant de ce qui se passe à Combrée et qui a une vue aiguisée sur le vécu de l'I.L.C.


 

 

de l'abbé Jo Gohier (cours 1964), le 4 juin 2016

Je viens de sortir à titre personnel un recueil de poème-prière, à titre personnel, ça veut dire sans éditeur... il suffit de ne pas en sortir trop pour rester dans les règles de ce type de parution...
Si vous êtes intéressés, envoyez une demande par internet ou courrier avec votre adresse et je vous envoie un exemplaire.
Pour le coût, je propose 10 € plus timbre, soit 2, 80 € ... au total, donc, 12,80 € ; il y a 130 pages.
... À vous de voir...
J'espère que vous allez bien.                                                                              Amitiés à tous.
 

      Merci Jo qui rejoint lui aussi le cercle des écrivains du cours 1964. Pour passez commande, voir ci-contre.


 

 

de Gérard Bodinier (cours 1964), le 17mai 2016

Bonjour à tous,
Pendant sept années , nous avons partagé la vie d'internat puis chacun a poursuivi son chemin. Si vous voulez en connaître plus sur le mien et vous replonger, le temps d'un chapitre, dans l'ambiance de notre bon vieux collège. Je vous invite à lire mon livre : "Petit , mais debout ! - Chroniques de chemins partagés vers la dignitéqui paraîtra fin Mai

Edité par St Honoré éditions au prix public de 17,90 €. Vous pourrez le trouver dans les bonnes librairies et maisons de la presse, à la Fnac, chez Amazon, Cultura , Leclerc, La Procure. 

Livre G Bodinier 

      Merci Gérard qui rejoint ainsi le cercle des écrivains du cours 1964. Vous pouvez aussi contacter l'auteur par l'intermédiaire de Jean-Louis Boulangé. Voir aussi dans Culture et Loisirs > Livres


 

 

de Philippe Desage (cours 1966), le 3 mai 2016

      Comme je te l'ai laissé prévoir au téléphone, diverses contraintes difficilement compatibles, ne me permettront pas d'être présent au rendez-vous de Pouancé (réunion des participants à La Taupe, dans les années 60). 

     Le dynamisme nouveau que je ressens au sein de l'association me conduit à écrire quelques notes qui pourront, éventuellement intéresser certains anciens ou l'association elle-même. Je te les communique. Fais en l'usage que tu trouveras le plus opportun.

 PS: le papier d'E. Charbonneau sur La Taupe est super.

 

      Merci Philippe ; voici les notes jointes au courriel ci-dessus : La Taupe par P.Desage, Les raids scouts, Des rencontres de Combréens.

 

 

de Guy Bernier (cours 1968), le 30 avril 2016

      Sur cette photo (voir 1965 : Equipe de foot cadet), je peux affirmer avec certitude l'identité du joueur qui figure en bas tout à gauche : Roland Héry mon compatriote candéen ( qui est également "mon frère de lait" ). Excellent footeux il a contribué à la "gloire" du réveil de Candé et surtout l'A.J.A. de St Pierre Monlimart (grand club des années 60/70) ! La première fois que j'ai revu Hervé devenu pro, de suite il m'a demandé de ses nouvelles, tant ses qualités footballistiques étaient remarquables. (ma réponse l'a déçu , Roland n'ayant joué que "modestement ", comme cité paragraphe précédent) .

      Souvenirs, souvenirs : merci de cette participation.

 

 

de Daniel Lérault (SI-Pouancé), le 29 avril 2016

      Les LOIRE sont incontournables, principalement à Combrée, aussi vous aurez je pense plaisir à annoncer sur votre site l’exposition qui est consacrée aux maîtres verriers, qui aura lieu à Daumeray du 29 avril au 28 mai et à laquelle vous êtes cordialement invités, par Xavier de Richemont, l’Association Saint Germain et moi-même y ayant très modestement participé.              Avec mes remerciements anticipés.
      

« Loire, retour aux sources » Trois générations d’artistes verriers. (Texte écrit par Xavier de Richemont - mars 2016)

 

Dans le cadre de la manifestation « Art Saint Germain en Mai » et à l’occasion du 20e anniversaire de la mort de Gabriel Loire, artiste et maître verrier né en 1904 à Pouancé (Maine et Loire), l’exposition « Loire, retour aux sources » sera présentée dans l’église St Germain de Daumeray (Maine et Loire) du 29 Avril au 29 Mai 2016. Articulée autour d’une pièce majeure de Gabriel Loire (1904-1996) extraite de l’œuvre monumentale réalisée à Berlin pour la Gedächtnis Kirche en 1960, l’exposition rassemble quinze vitraux contemporains crées par les descendants de Gabriel, tous artistes verriers actifs et maîtres d’un art millénaire en mouvement grâce entre autres aux techniques de thermoformage, mode contemporain du fusing qui permet le matiérage du verre à chaud et la pose de couleurs en sa surface - ou quand la peinture ré apparait dans le vitrail comme aux grandes heures de la grisaille. Les œuvres présentées dans l’église de Saint Germain sontcelles de Brigitte qui vit à Mexico, de Jacques et de ses deux fils Bruno et Hervé qui ont repris l’atelier de Chartres, tous les cinq ont en commun le nom de Loire et Gabriel pour père ougrand-père.

L’œuvre des Loire est tournée vers la lumière, celle qui éclaire naturellement la composition et dont le sens divulgué donne raison à la matière. Leur travail s’attache à transmettre un art où la science du verre et sa fragilité composent un tableau où s’affrontent la légèreté de la transparence et la densité de la charge. Pour que la lumière puisse vibrer au travers en prenant la couleur.

Gabriel, (né en 1904) ancien élève des Beaux-Arts d’Angers s’installe en 1946 comme maître verrier près de Chartres et de sa Cathédrale dont la Belle Verrière porte depuis le XIIeme siècle la légendaire couleur bleue. La Reconstruction d’après-guerre est sensible à la couleur et à la plasticité lumineuse et nouvelle de la dalle de verre comme elle l’est aux techniques modernes de constructions préfabriquées de Jean Prouvé ou au béton d’Auguste Perret. Gabriel associe au début des années 50 cette nouvelle matière première souple et résistante – le béton - aux lourdes dalles de verre coloré, d’abord en France pour des édifices religieux. Il applique cette technique au début des années 60 à des ouvrages monumentaux en Europe puis aux USA et au Japon – la Gedächtnis Kirche à Berlin, la Thanksgiving Chapel à Dallas, le Musée d’Art Moderne de Hakoné. La pièce présentée à l’exposition est une double paroi de 310x244cm recevant 86 pièces de verre de 24x26 cm en façade avant et de 34x33cm en partie arrière, laissant un vide de 60cm entre les deux parois (1,20m en réalité). La pièce fut réalisée pour la Gedächtnis Kirche à fin de maquette grandeur pour la proposition de Berlin. Gabriel avait imaginé pour modifier la lumière entrante de la capter en deux fois, la faisant passer par un espace de vide propice à la transformation du flux. Une petite pièce figurative en éclats de dalle de verre et béton, le Vigneron (60x80cm) sera également exposée.

 
Gabriel LOIRE est un ancien élève du collège (cours 1922) ainsi que de nombreux membres de sa famille. Il a travaillé aux vitraux de la cathédrale de Chartres et a conseillé les scouts ayant participé au Jamboree en Grèce en 1963 qui y ont édifié un vitrail. À propos de l'exposition à Daumeray, voir le communiqué de presse.

 

de Jean-Yves Denis (cours 1963), le 14 avril 2016

      Un petit mot pour me mettre à jour de ma cotisation. J'en profite pour remercier tous les camarades qui s'investissent pour faire vivre l'association. Félicitations aux auteurs du bulletin, très agréable à lire, tant par son contenu que par sa présentation.
     Bien que le cap des 70 ans vienne d'être franchi, je continue à pratiquer l'aviron, en rivière et en mer, et contribue depuis 25 ans au fonctionnement de notre club, basé à Hennebont. Après trois périples vers Saint Jacques de Compostelle, le premier en 2006 depuis le Puy en Velay, le second en 2010 depuis Saint Jean de Luz et le troisième en 2014 depuis Oveido, je repars au mois de juillet avec toute la petite famille ( sept personnes et trois générations) en partant de la frontière portugaise, un cadeau de mes enfants pour mes 70 ans.
    Bon courage à tous les acteurs de la bonne santé de l'Association et bonjour aux anciens des cours 1963 et 1964.
 
Bonne marche et bons coups de pagaies à toi ...Rassure-toi pour le cap des 70 ans, nous sommes nombreux à te suivre.

 

de Jean-Louis Boulangé (cours 1964), le 11 avril 2016

Connaissez-vous Château-Gontier et sa région ... qui alimentèrent le collège en élèves appliqués ? 
Mes parents, mes frères, sœurs et moi-même y sommes nés. Non, il n'y a pas de plaque commémorative !
Mon grand père paternel y fut photographe de 1906 à 1967 et il avait la passion de sa ville et de ses environs. Le fonds photographique qu'il laissa est immense et deux castrogontériens (ou castelgontériens) passionnés d'histoire et de photographie ont réalisé un ouvrage couvrant cette période en utilisant une petite partie des plaques et films photo.
Je me permets donc de vous le proposer.
 Livre GPère Boulangé

Format A4
190 pages

330 photos d'époque

20 €

 Me contacter
pour vous le procurer

Livre GPère Boulangé verso

  

de Robert Gaereminck (cours 1945), le 3 avril 2016

Lettre adressée au Président accompagnée de photos.

Cours 1945 - 90 ans le 3 juin 2016

D’abord bravo et merci pour la précieuse, courageuse tâche de présider notre Amicale.
J’ai lu, relu avec un immense plaisir et intérêt la lettre de liaison de décembre 2015. J’ai appris beaucoup de choses, en fait malgré notre âge d’or, « on » apprends toujours et, notamment que de vénérables anciens me précédent en âge et dont je ne doute pas en sagesse.

Je vais tenter de participer au « Brownie Flash » [Rubrique Souvenirs de la Lettre de Liaison]. En 1940, nous étions réfugié du Nord à LOUVAINES près de Segré dont le curé était le Père Sagot, professeur intérimaire d’anglais, auquel succédera l’abbé Sureau. Afin de poursuivre des études secondaires (commencées) au lycée de Tourcoing, il nous orienta et me recommanda à Combrée. Nous y entrâmes en janvier 1941, mon frèrePierre ainé d’un an, moi en 4eB (2 langues vivantes), lui en 3eB, donc sans latin ni grec, légèrement - oh ! très légèrement - déconsidérée dans ce temple du classicisme.

Voici la composition du corps professoral à l'époque : Supérieur : l’Abbé Cesbron (de Challain la Potherie), professeur de Rhétorique (surnommé Pète sec et se permettant, à l’occasion, un geste de réprimande physique !). L’économe était le Père Ménard, apparenté à la tribu célèbre des Vincent ( des Mgr etc..) auquel succéda l’abbé Deshaies, tout jeune prêtre presque moins grand que nous et professeur … de dessin. Parmi les professeurs anciens (âgés), le Père Vincent (dit le Père Math) licencié en Physique et le Père Guinebretière licencié en Math qui enseignait la physique, échangeaient des piques par élèves interposés. L’Abbé Clavereau assurait la 5ème et le chant choral. L’Abbé Chupin en seconde nous apprenait à disserter sur le Pléiade et le XVIIe siècle ; il dirigeait aussi le bulletin et … fréquentait les grandes familles du Haut Anjou. 

Vinrent deux personnes qui marquèrent à partir de 1942 : tout d’abord l’Abbé Fromageau, surveillant, au physique et allure très modeste, lança la piscine dans la Verzée (Cf. le photos que j’avais confiées à Patrick [Tesson] et qui sont avantageusement parues précédemment. Ensuite, de La Garanderie, historien et professeur de Français passionnant, qui changea l’atmosphère au peu surannée du collège.

Il y aurait tellement de choses à dire sur ces cinq années, les pannes d’électricité, les chahuts. Deux précisions à porter à l’honneur du collège ; alors que les difficultés de ravitaillement, surtout en ville, se faisaient sentir, les élèves citadins souvient repartir avec une livre de beurre chacun. C’était presque de l’or? Pendant mes cinq années d’internat, nous eûmes, chaque matin, notre chocolat.

 Bonne lecture. Excisez les longueurs et mon écriture, c’est l’âge. Bien à vous et merci.
Documents joints à cette lettre : le théâtre en 1944, la 4ème M du cours 1945, le Père Math, la Schola d'Anjou et une suite à cette lettre avec Les puits en Anjou.


 

de Jean-Louis Boulangé (cours 1964), le 2 avril 2016

Des informations à propos de deux enseignants que certains ont pu côtoyer avec notre meilleur souvenir.
- l'Abbé Etienne Girard, enseignant l'anglais dans les années 60 est décédé très jeune après son passage à Combrée.
- l'Abbé Jean Pavec, enseignant en Sixième 2 en parallèle avec l'Abbé Neau qui avait la Sixième 1 dans les années 1956 et suivantes :

Né le 12 mars 1924, à Plomelin (Finistère), il est ordonné prêtre, le 1er août 1948. Il est envoyé comme professeur ä Combrée (1948). En 1963 est nommé premier vicaire à Notre-Dame de Cholet, puis, en 1969 aumônier diocésain de l’A.C.G.F. (Action Catholique Générale des Femmes) et aumônier diocésain adjoint de l’A.C.G.H.(Action Catholique Générale des Hommes) en 12 juillet 1969. En 1971, il est nommé à l’équipe presbytérale de Champtoceaux. Puis en 1976 il est nommé au secteur de Segré minier, responsable de l’équipe presbytérale du bassin minier. Il est nommé au secteur de Saint-Macaire-en-Mauges, en juillet 1977. 1980, il est nommé Juge à l’Officialité interdiocésaine de première instance. Il est nommé successivement, en 1988, au secteur, chargé de la paroisse de Sainte-Bernadette de Cholet à titre de curé, en 1995 au secteur, dans l’équipe presbytérale de Longué-Jumelles, en 1996 prêtre coopérateur de la paroisse nouvelle dont Longué-Jumelles fait partie, en 1999 au service de la paroisse Saint-Pierre-en-Layon (Thouarcé). en 2004, il est admis à prendre sa retraite tout en étant au service de la Maison-Mère de la congrégation des Filles-de-la-Charité-du-Sacré-Cœur-de-Jésus. Il décède le 23 mars 2011 à Cholet.

 

de Joseph Garny de la Rivière, le 18 mars 2016

Nous recherchions un enregistrement du "Chant des adieux" entonné un des derniers soirs de l'année scolaire devant la Vierge du Souvenir, en bas de la prairie ; une partie de ce chant est sur ce site dans le 33 tours intitulé "Echos de Combrée" œuvre de plusieurs familles de combréens dont les Garny de la Rivière. Ce disque est extrait d'un film commis par cette famille. Voici la réponse de l'un des fils de cet ancien élève (courriel et téléphone) : 
 
De mémoire je crois que Régis, mon frère, doit avoir le disque et peut-être le film super 8 que nous avions fait avec Papa ; je me souviens d'être du voyage ...je tenais les projecteurs et les micros....  et nous logions chez le Père Davy ou Vaslin......
Vous avez le disque extrait du film sur votre site ; je pense pouvoir récupérer ce film déjà monté et vous le prêter, restera à le transformer en fichier informatique. J'ai également, dans les archives familiales, des compte-rendus des réunions du groupe parisien qui avaient lieu à Ste Ursule ; je peux vous les transmettre également.

 
 

de Jean-Louis Boulangé (secrétaire Amicale), le 18 mars 2016

Je vous informe du triste résultat de mes recherche de l'abbé Germon, professeur
à Combrée et aumônier de la toute nouvelle troupe scoute. Mes craintes à son
sujet viennent de m'être confirmées par l'évêché d'Angers.

Joseph Germon nous a quitté en 1998 après un long sacerdoce dans la région,
son passage au "collège" ayant été assez court, de 1957 à 1960.

Vous trouverez les informations que l'on m'a transmises dans ce document.

Qu'il repose en paix.

Abbé Germon

 

de Louis Bricard (professeur, chef de troupe), le 12 mars 2016

Merci pour le message de Jean-Louis avec toutes les précisions concernant ces "retrouvailles" à Pouancé...[pour les éléments de La Taupe]

Comme je l'ai déjà indiqué à Jean-Louis, je ne suis malheureusement pas libre le 7 mai car j'ai un tournage qui ne sera pas terminé à cette date. Donc à ce jour il ne faut pas compter sur moi. Cependant comme je l'ai promis, je ferai tout mon possible pour "m'échapper" et venir faire un passage -même bref- à Pouancé ! Bien entendu dans ce cas je suis tout-à-fait d'accord pour participer financièrement. Si un changement intervenait, je vous le ferais savoir immédiatement. 

A l'annonce de ce rendez-vous, je me faisais un plaisir de vous revoir car - comme je l'a déjà précisé à Jean-Louis - à l'énoncé de vos noms je retrouve les visages de chacun de vous (et aussi certaines anecdotes...) même après un si long temps ! Avant de transmettre à Jean-Louis photos et articles de presse, j'ai regardé chacun de ces documents qui rappellent tant de souvenirs ! [voir ici les trois séries de photos et là les articles de presse]

J'espère que pour vous tous,  cette période a laissé aussi de bons souvenirs que vous ne manquerez pas alors de vous remémorer le 7 mai à Pouancé...
Bien cordialement à vous tous.


 

de Jean-Paul Rivron (cours 1966), le 11 mars 2016

Je serais vraiment enchanté de revoir aussi Michel Rebondy qui avait eu l'audace de me mettre sur les planches du théâtre du collège dans le rôle de Sganarelle (dans "le mariage forcé" de Molière) affublé de Vaneuville  jouant le rôle de Dorimène ma future, qui, voilette comprise, faisait bien 50 cm de plus que moi en taille ...

 J'avais revu Michel cinq ou six ans plus tard à Lille (1971), le temps d'une bière à une terrasse de café, quelques jours après une représentation de la pièce "le cheval dans la cuisine" dans laquelle Michel campait un personnage aussi saisissant que terrifiant !

Quel bons moments !
Dans la famille, c'était fromage ou dessert : comme j'avais choisi de faire de la musique au collège (avec le père Ecole), je n'avais pas pu faire de scoutisme... Mais si ma mémoire est bonne, je dirais bien que c'est Etienne Charbonneau qui m'avait embauché à La Taupe. L'histoire ne dit pas si c'était de gré ou de force ! J'habitais dans le village, et Etienne avait tout de suite perçu l'interêt que représentait "l'exploitation" d'une main d'oeuvre locale, connaissant bien la campagne combréenne, low cost, docile, dure au travail, peu syndiquée, etc, etc ! ... Mais qu'en pense Etienne ?
Bien amicalement.  


 

de René Schlitter (cours 1956), le 2 mars 2016

Vous êtes exaucé. En fouillant au plus profond de ma mémoire, j’ai retrouvé quelques bonnes figures assez typiques de notre cher collège.
Hélas, il me reste des inconnus dont je ne me souviens pas du tout. Ils se signalent sur mon extrait par un point d’interrogation. Sans doute sont-ils des profs ou surveillants qui n’ont pas dépassé la division des moyens alors que, pour ce qui me concerne, éjecté de Sainte Croix du Mans par les révérents pères jésuites, je me suis retrouvé vite fait dans le bocage combréen en classe de troisième – donc dans la division des grands – pour un nouveau parcours, prenant la suite de mon père qui avait conservé un bon souvenir de Monsieur Pinier qu’il avait eu comme professeur de 1re en 1923.
Je me souviens bien de Monseigneur Pinier, d’autant qu’à l’occasion d’un voyage en Algérie, mon père lui avait rendu visite en son évéché.
Vous trouverez donc ce que vous attendez, au moins partiellement, dans la pièce jointe (voir ici : Professeurs en bas de page).
Avec toutes mes amitiés.
 

 

de Claude Prime (cours 1959), le 25 février 2016

      nous annonce le décès de son frère Paul, cours 1957 : 
Avec beaucoup de peine, je te fais part du décès de mon frère Paul cours 1957.
Je te remercie d'en faire part à ses camarades de cours ; j'ai pris contact avec le réfèrent du cours.
Mes amitiés.
 

 

de Jean-François Charbonneau (cours 1966), le 25 février 2016

      Bien sur que je viendrai à Pouancé. Quelle joie de revoir tous ces noms, d'y associer des visages, de sentir tous ces souvenirs qui remontent comme si c'était hier et qui gonflent le coeur.
Des flash :
  • Louis Bricard dans sa chambre au collège au dessus de l'infirmerie avec le lavabo arraché parce qu'on s'était assis dessus par manque de chaises.
  • Ou dans la plaine de Marathon en culotte courte devant le prince Constentin quand apres le cri de la taupe (: la taupe au regard perçant ... ) poussé par xavier Mélard s'est exclamé : "oh very long speech "
  • Ce meme xavier Mélard invité chez mes parents à Combrée. Il était venu en chemise blanche avec des boulons comme bouton de manchette. J'ai toujours eu du mal à l'imaginer en militaire respectueux de la discipline ? 
  • Jean-jacques Carré mon jumeau car né comme moi un 18 juin date historique , ma mère disait le premier résistant (en référence à De Gaulle). Gazeau lui s'exclamait en levant les bras au ciel mais non Waterloo ; je pense à toi à chaque fois que je passe à Chalain.
  • Philippe Tijou à un camp scout organisé par Louis Bricard sur le site de la base scout et dans les champs attenant au collège et ou la monnaie d'échange était le Drachme idée de Louis.
  • Alan Gaggione en classe de 3 avec Meignan tu étais au bord du mur et moi au bord de l'allée.
  • Jacques Vignais d'Aviré je crois tres téméraire pour traverser les haies d'épines quand on marchait à la boussole la nuit.
  •  Didier Viel dans ses buts .ect 
Je n'ai pas gardé un très bon souvenir du collège en lui même du fait peut être que j'étais du village mais "la taupe " je le réalise  aujourd'hui aura constituée un intermède qui m'a laissé  des   sensations qui au delà du temps ont gardé un bon gout fait d'amitié vraie, de confiance réciproque, de jeunesse.
Sans vouloir le flatter ( je suis sur qu'il est au dessus de çà ou alors il aurait bien changé ) je pense que c'est lié en grande partie au charisme de Louis Bricard. Il faut dire qu'il avait été à bonne école chez les "Gitans de la Tourlandry".
 
Merci pour ces souvenirs en commun avec ceux de "La Taupe". A bientôt donc.

 

 

de Louis Bricard (professeur de français), le 23 février 2016

      A la recherche du chef de troupe de la 1ère Combrée "Général Leclerc" à sa création dans les années 1960, nous avons eu la joie de le retrouver : il fut, au collège, un moteur pour la plupart des aventures ayant eu lieu à cette époque : les scouts bien sûr, le groupe La Taupe qui participa au "nettoyage" du château de Pouancé, le groupe des "Collégiennes de la Chanson" qui rencontreront les Ephémères de la Chansons (voir les Aventures sur ce site). 
 
Tout cela nous ramène bien loin en arrière !!!
A la lecture des noms (des participants au groupe La Taupe), je retrouve avec plaisir presque tous les visages...qui ont dû bien changer évidemment !

 Et puis cela fait remonter tous les bons souvenirs de cette époque : la troupe scoute bien sûr, la base, les camps, le Jamboree en Grèce, la Taupe (j'ai retrouvé mon insigne récemment !), Joseph Germon, Jean Baril et Jean Tortiger (qui a célébré mon mariage avec Dominique, une des Collégiennes de la Chanson !)...Et puis après, quatre années passées au Centre National des Scouts de France comme permanent.

Et ensuite, après l'expérience vécue avec Les Collégiennes de la Chanson, nouvelle orientation vers les milieux artistiques et particulèrement la musique. Pour donner une petite idée, je joins un texte fait par un ami à partir d'articles de presse.

Je ferai tout mon possible pour venir à Pouancé si la date est choisie rapidement et si je peux me rendre disponible à cette date car j'ai encore des activités (particulèrement dans la production pour la télévision). Une réunion de ces "Taupes" est prévue au printemps.

A bientôt peut-être ! A toi et à tous les autres, bien cordialement


 

de Jacques Bacart (cours 1949), le 8 janvier 2016

      Quelques souvenirs personnels de Combrée, de ce cher et vieux collège où j'ai passé sept ans de ma vie. J'ai été admis en quatrième classique à la rentrée de 1943 ; trois semaines avant les forteresses volantes avaient survolé le ciel de Nantes et lâché leur cargaison de bombes : 2 000 morts dont ma mère. Moins d'une heure après j'étais au bas de la rue du Calvaire et je regardais impuissant l'immeuble en flamme où maman venait de disparaître.
J'étais complètement anéanti d'autant plus que trois ans avant, mon père, officier d'artillerie, avait été tué dans les derniers combats d'arrière garde, cinq jours avant l'armistice.
      Jusqu'alors j'avais été un bon élève, mais après ce nouveau drame, je sombrais dans les profondeurs du classement. Heureusement Combrée m'a sauvé ; s'il n'avait pas été là, dans quel gouffre aurais-je disparu ... Petit à petit, Combrée a réussi à me remettre debout. Bien sûr, j'ai redoublé ma quatrième. C'est la raison pour laquelle  j'appartiens au cours 1949 et non au cours 1948.
      Nos prêtres étaient d'excellents professeurs et des éducateurs de grande qualité. Ils ont su nous inculquer de vraies valeurs ; nous seulement ils nous préparaient avec minutie pour réussir au bac, mais aussi, ils nous ouvraient les portes de la culture et des arts. Pendant plusieurs années, j'ai fait partie de la chorale du collège ; nous avons chanté avec un certain succès le Messie de Handel, l'Oratorio de Noël de Jean-Sébastien Bach et quelques pièces de Ravel.
      J'ai quitté le collège en 1950, mon bac en poche, après avoir redoublé ma première. Ce diplôme m'a permis de reprendre plus tard mes études et de décrocher un titre de docteur en droit.
      Ma dernière présence à Combrée : pour le bicentenaire. Le cours 1949 était peu représenté ...
En conclusion, merci à tous ces prêtres, à tous ces enseignants qui m'ont tant donné, tant apporté.
Merci à toi, mon cher et vieux collège. Sans toi, sans eux ...

Peu de mots à ajouter : merci à toi, Jacques. Ils sont une multitude, ceux qui ont bénéficié de ce qu'a été Combrée pour eux, même dans des circonstances différentes.


 

de Frédéric Miltgen (cours 1971), le 13 janvier 2016

Je joins à ce courrier la photo de ma classe de sixième en 1964-65 qui ne figure pas sur le site de l'Amicale et qui, bientôt, rejoindra celles des autres années.
J'ai écrit au dos de ce courrier le nom des collégiens de cette année, autant que je puisse m'en souvenir. Pardon pour ceux dont j'ai totalement oublié le nom ...
Amitiés combréennes.

Merci Frédéric de compléter la base iconographique de l'Amicale : ce sera fait rapidement (avec la liste des noms, bien sûr).


 

de René Lecuyer (cours 1937), reçu le 4 février 2016

L'internat n'était pas si idyllique que les anciens le racontent. Était-ce vraiment une préparation à la vie normale ?
La vie familiale n'était-elle pas détruite par ces longs trimestres sans sorties ?
Amicalement

Le vécu de chacun a été tellement différent d'un "pensionnaire" à l'autre ! Moi, je suis rentré à 9 ans (j'ai pleuré longtemps) ; j'en suis sorti à 17 ans avec une éducation solide et efficace ... même si j'ai un peu manqué à mes frères et sœurs. Et maintenant je fais partie du bureau de l'Amicale !


 

 

de Louis-Marie Jammes (cours 1967), le 28 janvier 2016

Hé non, résistant comme une taupe, le Louis-Marie alias Lucho alias Lois alias la Cigogne ne s'est pas perdu dans la forêt amazonienne… 40 ans de navigation aérienne, ça aide un peu ! Tout ça c'était dans une autre vie que j'ai fort aimée ma foi.
J'en ai commencé une autre depuis 2010 et me voilà encore une fois au bout du monde (traduction littérale de Penn ar bed, le Finistère)  mais près de vous en même temps. Le faisceau de lumière du phare d'Eckmühl éclaire les nuages au-desus de chez moi, j'apprends le breton, la bombarde et la cornemuse ou observe les goélands qui visent les touristes ( gouelañ veut dire pleurer en breton), une bonne vie de retraité, quoi, bien que je n'aime pas ce mot : en espagnol, retrete veut dire chiottes et je préfère nettement être un jubilado comme ils disent. Je jubile donc et pense bien le faire encore longtemps.

Deux vieilles taupes m'ont retrouvé quasi simultanément et par des chemins différents : André Leroy et Jean-jacques Carré. C'est certainement un signe et je me dois donc d'aller à Pouancé. J'ai déjà apprécié le lapsus révélateur au sujet de l'exposition sur Louis Fessière………. Comme la taupe que je suis est déjà toute excitée par cette future rencontre, je me permets de continuer sur ce ton en vous envoyant ce petit lexique utopique et hérétique à l'usage de ceux qui bayent aux corneilles, fait pour lire dans les chiottes justement, donc excellent pour toutes les taupes retraitées.
En attendant de vous faire la bise,
a greiz kalon

Lois Jammes a été un acteur de ce groupe "La Taupe" qui a animé les creux de la région autour de Combrée : voir la page correspondante.


 

 

de Philippe Tijou (cours 1967), le 25 janvier 2016

Tous mes voeux de bonheur et santé vous accompagner pour cette nouvelle année.
 Excellente initiative que de vouloir réveiller ces lointains souvenirs souterrains.
Je vais fouiller mes archives pour voir si je trouve des documents sur mon expérience d'archéo/spéléologue à la Taupe. Je me souviens que nous avions beaucoup oeuvré pour aboutir à de bien maigres résultats au risque à faire mentir l'expression latine "Ad augusta per angusta (A de grands résultats par des voies étroites)…
... 
Bien amicalement.

Merci pour cette participation à le vie du site.


 

 

 de Jean-Claude Cazin (cours 1948), le 19 janvier 2016

Merci de votre Lettre de liaison de décembre 2015. Pas trouvé de nouvelles du cours 1948, mais du cours voisin 1949 : Bernard Pillet ainsi que Michel Rebondy, connu à Angers.

Pour moi (85 ans), je « rends des services » (limités) à une paroisse de Pantin (93), tout en habitant Paris (19e). Y a-t-il encore des réunions parisiennes ? Je rencontre souvent Pierre Rodier, du cours 1948.

La vie ne m’a pas donné l’occasion de réaliser mon rêve combréen : succéder au « Père Math » et à Pierre Macé. Mais en Anjou, j’ai enseigné un peu à Saint-Louis, à Saumur, et à l’ESEO.

Amicalement

Merci pour ces nouvelles. Hélas il n'y a plus de réunions parisiennes, faute d'un ancien dévoué pour les organiser.


 

de Jean Hoyeau (cours 1953), le 18 janvier 2016

 Sans nouvelle de l'amicale depuis le décès de Michel Leroy, c'est à l'occasion du décès de Paul Fouché du cours 1955 que j'ai effectué quelques recherches sur la toile, persuadé que l'amicale n'avait plus aucune activité.
La famille de Paul m'a dit que leurs recherches avaient été vaines.
Paul a fréquenté le collège avant d'entrer à la Joliverie où je l'avais précédé deux ans auparavant. Il a intégré ensuite l'école d'ingénieurs électroniciens SUDRIA et a effectué toute sa carrière chez ALSTOM à Paris.

Sa sépulture a eu lieue à Chemellier (49) samedi dernier 16 janvier 2016.

Retrouvant des nouvelles de Combrée, je viens de parcourir le site et suis tombé sur la partie correspondant au Messie. Je me souviens très bien de la prise de la photo de 1947, je suis à droite au dernier rang des sprani. Une piste peut-être, radio Rennes puisque l'enregistrement à Pâques 1947sur ce qui était à l'époque radio Rennes. Piste ténue, chance infime !!! Très amicalement.

Non ! Non ! l'amicale nest pas morte (air connu) ! Merci de nous avoir rejoint et de faire savoir que nous continuons l'oeuvre de nos aînés.


 

 

de Martial Vaslin (cours 1966), le 13 janvier 2016

Samedi 09/01 je me suis rendu à l’exposition consacrée à Louis BESSIÈRE à POUANCÉ.
Génial pour un “vieux” combréen, Taupe un temps, dont les beaux-parents ont fréquenté amicalement Loulou et qui garde un souvenir marquant de l’individu.
Exposition très bien présentée. Je me suis arrêté longuement sur les panneaux consacrés aux fouilles à Pouancé (et aussi à la Haute-Bergère où Loulou était venu nous “dévergonder” en proposant d’aller fouiller à Pouancé.).
J’y ai découvert des photos (ils ont retrouvé plus de 4000 négatifs...) inconnues dont une dans la barbacane où “trônent” mon frère Christophe , E Charbonneau, LM Jammes, A Leroy... Par contre, je suis incapable d’y mettre une date.
(...)
J’ai une autre proposition malhonnête à faire : Mme Penhouet (Syndicat d'Initiative de Pouancé) m’a donné la date du 24 Mai (20h30) pour une conférence par deux spécialistes archéo. (E.LITOU et JC MEURET) sur le château et la cité castrale de Pouancé. J’ai en ma possession le texte et les photos d’une intervention faite par LITOU lors des Journées d’Archéologie de l’Ouest en 2015: technique mais très documentée sur l’histoire du château. M’étant fait connaître avant il avait, de façon non préparée, cité les Taupes devant toute l’assistance... 

Donc, même si cela limite un peu les possibles intéressés, c’est une très bonne occasion pour se retrouver entres anciens combréens.
Le catalogue de l’exposition est très bien.

Amicalement et “taupement”.
 
Merci Martial. Peut-être un rassemblement des anciens élèves ayant participé à la remise en état du château de Pouancé dans les années 60 est possible.
Nous vous tenons au 
courant.

 

 

de François Toulet (cours 1967), le 7 janvier 2016

AGENCE MARITIME FRANÇOIS TOULET

Organisation croisières scientifiques - Gestion de projet
Expertise maritime - Suivi chantier - Armement

Capitaine Diplômé Marine Marchande - 27 ans expérience mondiale

F Toulet et Mme

Chers amis et anciens

Pour  répondre à la question du préfet de discipline (voir Lettre de Liaison n°13) il s’agit je crois de l’abbé Jacques JOUIN dit "VOPO". Les surveillants étaient Neness (Ernest Orillard), Cromagnon (abbé Trublet) et Mirza, contemporains des professeurs Baril, Rebondy, Gazeau, Neau, Meignan et des inoxydables Papa Couraud, Macé (Joule), Carré, Pateau (P’tit Jésus), Poupelin, et le Supérieur Chanoine Esnault dit Petsec. Durant mes 5 années de pension à Combrée (de la 5ème à la 1ère classique) il a été mon préfet de discipline et s'occupait des sports de compétition dans les années 1962 à 1966.
Je m'en souviens d'autant plus que c'est lui qui a demandé mon renvoi en fin d'année 66 pour avoir fait "le mur" avec mes copains François Lebomain et Patrick Morand (cours 1967) lesquels ont donc  fait partie de la même charrette. Je me souviens que dans son bureau, le préfet a eut cette phrase définitive me concernant : "Toulet, on vous regrettera en sport".

 C’est vrai que je participais à de nombreuse activités plus sportives que religieuses, et représenter honorablement les couleurs noire et blanche du collège était une de mes principales préoccupations (foot, athlétisme, natation, boxe).

 Dans le cadre des archives photos : je vous joins une photo de mon équipe combréenne (cadet) de foot, on y remarque Hervé Gaultier dont on a parlé  récemment (dans nos rubriques combréennes) comme joueur professionnel et aussi  mon  grand  ami Isidore Obame (excellent avant centre), fils du président Mba du Gabon ; nous  avions là une redoutable équipe, Hervé était déjà très doué. (Voir cette photo et sa légende : 9e ligne).

 Depuis 35 ans je commande de grands voiliers autour du monde. Si cela amuse certains d'entre vous, aller sur Google, taper "Cosmoledo escale à la Rochelle".

 Si cela  vous  intéresse j’ai quelques anecdotes et réflexions sur ma vie au collège, pas forcement politiquement correctes, mais  entendez moi, je recommence demain cette  tranche de vie formidable. Longue vie aux anciens.

Merci à François Toulet, récemment "retrouvé" à propos du film réalisé par Michel Rebondy.


 

de André Leroy (cours 1967), le 5 janvier 2016

Ah ! que de sales bons souvenirs ... la taupe ......... Cette caisse de boue à remonter sur ses rails de bois, fallait aimer ! 
L 'inconnu n°3 à partir de la gauche, c'est Alain Gaggione (cours 1967), et je suis bien la bouille ronde à lunette comme chantait Petula Clark :  "ah la gadoue, la gadoue, la gadoue !!!!" (voir ici, en bas de page)

Je vais prendre le temps de t'envoyer par clef usb mes documents des Éphémères ... du  lourd !

Combrée, toujours Combrée ...  Lors d'une visite de mon petit village cet été, le hasard, le grand hasard m'a fait rencontrer quelqu'un de la famille de Bernard Morand  (cours 1968) que j'espère bien retrouver. Et, plus récemment, avec mon épouse, nous avons passé une super soirée combréenne en compagnie  d'Yves Antier (cours 1967) et de son épouse perdus de vue depuis 1974. Et je suis maintenant sur la piste de Louis-Marie Jammes (cours 1966)......... 
2016 : un bon cru à venir. Bonne et heureuse année.
 
Merci André - dit Dédé - pour ta réponse aux attente de ce site et pour rechercher tes camarades de classes.

 

de Xavier Mélard (cours 1963), le 5 janvier 2016

 
Pour le "Défi " de la Lettre de Liaison n°13
Préfets de discipline : 
abbé Legagneux, abbé Deshaies (pas l'économe), abbé Pavec, abbé Juin ? dans l'ordre d'apparition je crois.
        De plus il me semble que l'abbé Deshaies (préfet de discipline) a introduit au collège une espèce de "cinè-cub".

Merci à Martial Vaslin d'avoir rendu à Louis Bessière et à la Taupe leur (petite) part de leurs actions. (voir ici, en bas de page)
Voeux bien sûr !"
 
Merci Xavier pour ta participation. De plus il faut que tous sachent que tu as été l'âme de La Taupe.

 

de Jacques Lebéguec (cours 1967), le 4 janvier 2016

Bonjour chers anciens.
En adressant ma cotisation 2016 à Didier Viel, je me suis rappelé que j’avais gardé dans un tiroir le palmarès 1959-1960.
Je ne sais pas si ça peut intéresser des anciens qui étaient présents à cette époque, mais en revoyant des noms, beaucoup de visages me sont réapparus.
Merci pour le reportage sur Michel Rebondy ainsi que les photos de cette époque. Amitiés.
 
Ce document, témoin de cette époque et de ses impératifs pédagogiques, est en ligne sur ce site dans la rubrique "Archives > Documents en ligne > Documents papier"

 

 

de Madame Alain Tricoire, le 2 janvier 2016

L'épouse d'Alain Tricoire, cours 1963, vient de nous faire part du décès brutal de son mari le 20 décembre dernier.
Elle a bien voulu nous envoyer les textes lus par ses enfants lors de la cérémonie : à lire ici.
 
L'Amicale et ses anciens camarades leur adresse leurs plus sincères condoléances.

  Cliquez ici pour les échanges de l'année 2015


 

 

 

Scroll to top